Faire du volontariat à Bali

Click here for the article in English!

Les photos sont ma propriété ou celle de mon ami, Wisnu Aditya. Toute utilisation et/ou duplication non autorisée de ce matériel sans ma permission expresse et écrite est strictement interdite.

Les bateaux de pêcheurs de Tianyar, le village où j’ai été volontaire.

Vous rêvez de vous engager pour une cause qui vous tient à cœur, de rencontrer d’autres jeunes du monde entier et de vous immerger dans la culture de l’une des plus belles îles sur Terre… mais vous ne savez pas quel organisme choisir? Laissez-moi vous présenter mon expérience inoubliable au sein de « Volunteer in Bali« . Attention, d’ici la fin de l’article, vous risquez bien de sauter dans le premier vol direction l’Indonésie !

Sommaire

1. Petite remise en contexte
2. Devenir volontaire
A qui s’adresse ce programme?
– Qui peut postuler?
Quelles sont les modalités d’inscription?
3. Des mois de pur bonheur: condensé de mes expériences sur place
La vie au village
Les cours au centre
Un beau plongeon dans la vie locale
4. Mes petits conseils avant de partir…
Partir pour les bonnes raisons: volontaire, oui, touriste, non
– Etre un minimum préparé
– Vouloir partir sans un sou

1. Petite remise en contexte

En 2017, je commence un Master de Relations Internationales qui ne me correspond pas du tout. Ma raison me dit de tenir le coup – l’entrée dans ce diplôme est très sélective et j’y ai bien mérité ma place… – mais mon cœur me dit de prendre mes jambes à mon cou. Vous l’avez deviné: le cœur l’a emporté. Je dis adios aux profs orgueilleux d’Assas et après 6 mois de stage en start-up de e-tourisme, j’achète un billet sans retour pour l’Indonésie.

Après maintes recherches, c’est au sein de l’organisme de Volunteer in Bali que je décide de m’engager. Cliquer ici pour voir leur site. L’objectif de l’ONG: offrir aux enfants des régions moins développées de l’île un accès gratuit à l’éducation – et en particulier à des cours d’Anglais, incontournable pour prétendre à une carrière dans le tourisme ou l’hôtellerie, moteurs de l’économie locale. Quatre endroits de l’île sont proposés, mais je vous parlerai uniquement de celui que je connais (et de loin le meilleur selon les rumeurs!): Tianyar, village de pêcheurs au Nord-Est de Bali.

Pour info: il existe dans le même village un programme de conservation maritime qui vise à restaurer l’écosystème des récifs coralliens. Si vous êtes plus branchés plongée sous-marine qu’enseignement avec des enfants, foncez!

Cliquer ici pour voir leur site.

Le volcan Agung dominant le village.

2. Devenir volontaire

A qui s’adresse ce programme?

Ce programme répond parfaitement aux attentes des personnes prêtes à…

– se dévouer pour une cause qui leur est chère: l’accès à l’éducation

– travailler au contact des enfants

– découvrir la merveilleuse île de Bali de façon authentique, et pas derrière un mojito sur un beach club surpeuplé

partager leur quotidien avec de nouvelles personnes aux profils très variés

partir un peu à l’aventure avec dans ses valises une grande ouverture d’esprit et plein de joie à partager 😉

Qui peut postuler?

Je vous vois venir… « Mais attends, pour donner des cours d’Anglais, il faut déjà être bilingue, non? ». Question légitime, bien que la réponse soit non! Tant que vous vous débrouillez à peu près, pas besoin d’un niveau exceptionnel pour devenir volontaire. Gardez à l’esprit que les plus petits ont dans les 5 ans, donc les bases suffisent amplement pour ceux-là! Dans tous les cas, vous travaillerez en binôme avec un.e professeur.e local.e pour faire la traduction si nécessaire.

Il n’y a par ailleurs pas d’âge limite pour postuler. Tant que vous êtes majeur.e et que l’enthousiasme ne vous manque pas, vous êtes les bienvenus! Dans les faits, je dirais que la moyenne d’âge tourne autour des 19-25 ans. Il s’agit en effet de beaucoup d’étudiants en année de césure, comme c’était mon cas.

Au sujet de la durée de votre engagement: le minimum est fixé à 4 semaines et il n’y a bien sûr pas de limite ! Je suis pour ma part restée 3 mois en 2017 et 2 semaines en 2018 (ce qui était encore permis à l’époque), histoire de revoir mes étudiants lors de mon passage chez ma famille en Indonésie. Sur ce point, tout dépend de votre niveau de motivation, de vos disponibilités et de votre budget… Car non, le programme n’est pas gratuit – j’y reviens juste en dessous.

Quelles sont les modalités d’inscription?

Pour vous inscrire, rien de plus simple: rendez vous sur le site de Volunteer in Bali, cliquez sur « Apply » et remplissez le formulaire. Si vous choisissez d’aller dans le même village que moi, vous cocherez « Program by the sea (Tianyar village) ». Une fois votre candidature validée, un représentant de l’ONG vous contactera pour vous donner tous les détails de votre arrivée.

Important: ne vous y prenez pas à la dernière minute! En effet, si vous décidez de rester plus d’un mois, un visa sera nécessaire. En fonction d’où vous habitez, il sera plus ou moins simple d’obtenir le visa Sosial Budaya (visa socio-culturel), qui donne le droit de faire du volontariat et qui est l’idéal pour rester sur le territoire sur une plus longue période. J’ai pour ma part tellement galéré dans mes démarches avec l’ambassade à Paris que j’ai finalement dû faire sans. Il est possible d’obtenir un visa touristique à l’arrivée à l’aéroport de Denpasar, mais ce n’est pas la solution optimale. Plus d’infos sur le site de l’ambassade d’Indonésie.

Une fois à Bali, un chauffeur viendra vous accueillir à l’aéroport et vous passerez une journée d’orientation à Ubud avec tous les nouveaux volontaires. Vous devrez à ce moment régler les frais du programme (en cash). Pourquoi n’est-ce pas gratuit, vous demandez-vous? Tout simplement parce que vous serez logés et nourris et parce que l’ONG emploie de nombreux locaux pour faire vivre l’école. Les détails des prix sont sur cette page.

3. Des mois de pur bonheur: condensé de mes expériences sur place

La vie au village

Bienvenue à Tianyar! Si vous n’avez jamais voyagé à Bali – ou en Asie tout court – un petit temps d’adaptation sera peut-être nécessaire. Pour moi qui ai passé tous mes étés en Indonésie, le sentiment de se sentir un peu à la maison est réjouissant, mais pour certains, les animaux courant partout en liberté, les scooters filant dans tous les sens et les infrastructures peu développées peuvent surprendre! Pas de crainte à avoir, cependant: les enfants du Yayasan (=organisme), son staff et les autres locaux vous feront sentir très vite à l’aise.

Vous serez logés dans d’adorables bungalows (non mixtes et partagés avec d’autres volontaires – en moyenne 4) idéalement situés entre l’école et la plage de sable noir. Ce n’est pas le confort 4 étoiles, mais, à condition de savoir vivre en communauté et de ne pas faire son/a difficile, on s’attache vite à cette vie simple et en harmonie avec la nature. Je veux dire, quoi de mieux que de se réveiller au son des vagues et de finir la journée par une marche avec les chiens au coucher du soleil?

Les cours au centre

Les journées se déroulent ainsi: petit-déjeuner copieux, matinée libre pour préparer vos cours, déjeuner, après-midi à l’école en compagnie des enfants (certains jours, des cours de natation ou de danse ont lieu après l’Anglais), dîner et soirée libre à papoter autour de la table des volontaires ou sur la plage, attroupés autour du feu de camp. Cette routine est la même du lundi ou jeudi, ce qui signifie que vous avez 3 jours libres par semaine pour découvrir l’île avec vos nouveaux compagnons d’exploration.

Comme vous pouvez l’observer, l’engagement au centre est loin d’être intensif. Libre à vous, cependant, de vous investir pleinement dans l’aventure. Vous voulez passer plus de temps avec les enfants? Restez à l’école après les cours! Nombreux sont ceux qui vous inviteront à une partie de volley ball. Vous rêvez d’en découvrir plus sur les coutumes balinaises ou d’apprendre quelques mots d’indonésien? Discutez avec les jeunes du staff! Vous voulez proposer des cours de danse, chant, yoga, et j’en passe…? Soumettez l’idée à la direction! Toutes vos initiatives seront accueillies à bras ouverts.

Un beau plongeon dans la vie locale

En dehors des cours donnés à l’école, vous aurez peut-être la chance d’assister à des événements de la vie locale! Le Nyepi, sans doute la fête balinaise la plus impressionnante, célèbre la nouvelle année hindouiste. Renseignez-vous sur sa date; si elle coïncidence avec votre séjour sur place, vous vivrez un moment tout à fait unique (en 2020, le Nyepi a eu lieu le 25 mars. Plus d’infos sur cette festivité sur cette page)!

J’ai pour ma part eu l’aubaine de participer à l’anniversaire de l’organisme, qui s’est fait en grandes pompes et en présence de tous les élèves et représentants de l’ONG. Oui, c’est bien moi sur la première photo, micro à la main et avec tout l’attirail du maître du cérémonie haha!

Avec d’autres volontaires, on a également décidé d’aller visiter l’école publique du village et d’y faire une présentation et promotion de l’organisme auprès des jeunes. Quelle joie de tomber sur nos élèves au hasard d’une salle de classe, tous fiers dans leur uniforme scolaire ! Ce fut aussi l’occasion de découvrir le fonctionnement des écoles publiques indonésiennes le temps d’une matinée.

4. Mes petits conseils avant de partir…

Partir pour les bonnes raisons: volontaire, oui, touriste, non

Le tourisme humanitaire, ça vous parle? Le phénomène, qui consiste à allier vacances et volontariat, est une vraie source de débat. Je ne suis pas ici pour vous avancer des arguments pour ou contre (si cela vous intéresse, lisez plutôt cet article de Libération). Par contre, je peux vous assurer par expérience que beaucoup de volontaires n’ont pas leur place dans l’ONG. De par la facilité de postuler, on se retrouve parfois avec des jeunes qui ne portent aucun intérêt à l’organisme et qui sont plutôt là pour se payer des vacances pas chères et parader sur Instagram avec des photos d’enfants indonésiens. Vraiment exaspérant. Donc malgré le cadre splendide, gardez à l’esprit que vous n’êtes pas ici en vacances. Vous aurez tout le temps de profiter de l’île en dehors des jours de cours!

Etre un minimum préparé

Ne venez pas si…

– Vous n’avez pas réellement l’intention de vous rendre utile (on ne le répètera jamais assez!)

– Vous n’êtes pas prêts à mettre de côté votre petit confort occidental

– Vous ne comptez pas respecter à 100% les coutumes locales (j’en parle, des nanas qui bronzent en bikini devant les temples sacrés?)

– Vous avez vraiment du mal avec l’Anglais. On pourra certes vous attribuer la classe des petits, mais il y aura une barrière entre vous et les autres volontaires / locaux

Vous n’aimez pas les enfants. Ca paraît fou, je sais, mais je suis déjà tombée sur une volontaire qui nous a avoué détester les gosses! Sans commentaire…

Vouloir partir sans un sou

Pour finir, évitez de partir dans l’optique que vous ne dépenserez rien sur place. Non seulement le programme est payant, mais soyons francs: il serait vraiment dommage de ne pas profiter au passage de Bali, voire du reste de l’Indonésie! Et même si la vie y est très peu chère, quand on est nouveau sur place, on se fait facilement arnaquer ou on a tendance à chercher la facilité – ce qui a un coût.

Le mot de la fin:

Si après tous ces conseils vous vous sentez prêts à sauter le pas, n’y réfléchissez pas à deux fois et foncez ! Le plus dur dans l’histoire, c’est de quitter le village et vos élèves à la fin du programme, après avoir vécu tellement d’instants inoubliables. Beaucoup de volontaires, comme moi, sont tellement marqués par l’expérience qu’ils reviennent plusieurs années d’affilée ou continuent à aider l’organisme à distance une fois rentrés dans leurs pays… 3 ans plus tard, je suis toujours en contact avec les magnifiques personnes que j’ai rencontrées sur place!

Alors, qu’est-ce qui vous retient?


2 réflexions sur “Faire du volontariat à Bali

  1. Superbe article ! Très complet et très agréable à lire, j’adore le style ! Je me suis pas mal retrouvée aussi, j’ai vécu le même genre de situation car de mon côté aussi c’est pendant que j’étais en plein milieu de mon diplôme que j’aie décidé de tout arrêter ! Ca m’a permis de partir faire du volontariat aussi !
    Lire ton article m’a donné envie de repartir en Indonésie et m’a surtout donné envie d’être au contact des enfants. Je garde le nom de l’organisme dans un coin de ma tête pour plus tard. Merci à toi pour ce bel article, plein d’inspiration et de douceur !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Eva ADRIAENSSENS Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s